parallax background

Les 7 étapes de
“Je pars à l’autre bout du monde.”

1 septembre 2017
Nouvelle-zélande-montagne
La Nouvelle-Zélande,
Pourquoi partir à l’autre bout du monde ?
1 août 2017
Auckland : nos premiers pas en Nouvelle-Zélande
15 septembre 2017
 

Carnet de route N°1 : 1 mois avant le départ

Ç a y’ est, le départ approche à grands pas. Un sentiment d’euphorie mais aussi de peur nous transperce ! Eh oui, c’est quand même stressant de quitter notre confort, notre petite vie qui commençait à s’installer. Mais la part de l’euphorie l’emporte. Hâte de se jeter dans le bain, rencontrer nos hôtes à Auckland et de trouver notre maison roulante pour commencer notre aventure. Sur cette page carnet de route, nous vous partagerons notre quotidien par le biais de petites vidéos, d’article et de dessins qui permettront d’illustrer nos ressentis. L’objectif ? Vous racontez notre avancée quotidienne, des moments que vous n’auriez pas vu dans les autres vidéos ; nous voulons apprendre de nos plaisirs et de nos galères. Pour ce premier carnet, nous allons décrire nos 7 étapes de « Je pars à l’autre bout du monde »

N°1 - J’imagine, je parle, sans trop réaliser quoi que ce soit

Eh oui, nous en sommes à l’étape de l’idée de partir en voyage. Pour nous, cela s’est décidé un peu plus d’un an avant la date du grand départ. On discute, on imagine, comme on a pu l’écrire dans notre article « pourquoi partir Nouvelle-Zélande », l’idée de départ n’était absolument pas notre réalité actuelle. Canada ? Australie ? Orf, non La Nouvelle-Zélande. Envie de se lever de sa chaise de bureau pour marcher des centaines de kilomètres en étant entouré de mère nature.

„Penser que la vie humaine ne peut être régie que par la raison, c’est nier la possibilité même de la vivre.” - Into The Wild

 
N°2 - La décision est prise, on part quand ?

Haa la date de départ, grand débat ! Bon c’est simple ce qui nous a aidé à prendre notre décision a été principalement : le budget. Et à la fin de nos études, malgré l'alternance pour ma part, on a eu du mal à mettre assez de côté. On a dû travailler un peu plus d’un an pour atteindre notre budget que nous détaillerons dans un prochain billet et décider de partir pour le 1er Mai 2017.

N°3 - L’achat des billets : l’idée devient un vrai projet

Que ce soit pour l’entourage ou pour les principaux intéressés, l’idée devient une réalité lorsque les billets sont réservés. Pour notre part, nous nous étions renseignés à l’avance des différents types de billets d’avion qui pouvaient exister.


“La vie, ce n'est pas seulement respirer. C'est aussi avoir le souffle coupé.” - Alfred Hitchcock

 
N°4 - L’euphorie : “On ne meurt pas d’une overdose de rêve. »- Grégoire Lacroix

Comme de bons grands enfants que nous sommes, nous étions tout heureux et fiers de se lancer dans cette aventure. L’étape de l’euphorie ne dure seulement quelques semaines, on en parle autour de nous, en soirée, et finalement, on a rencontré beaucoup de personnes qui étaient parties en Nouvelle-Zélande et qui ont pu nous conseiller sur toutes nos interrogations. Merci à eux pour leur aide et leur temps !

N°5 - Nostalgie quand tu nous tiens !

La bonne vieille nostalgie, qui nous accompagne avec une musique émouvante et un jour de pluie.

Tu veux sentir la nostalgie ? Qu’elle te prenne ? Te déchire ? Une petite musique de PVNova créé dans le défi 10days/10songs (chapeau l’artiste !) pour accompagner cette émotion ;) . Ok je sors du cliché. Mais cette étape est bien réelle. Après, j’imagine que tout dépend de la personnalité et du caractère de chacun. Jonathan et moi l’avons traversé d’une façon complément différente. Mais globalement, il y a un sentiment de « culpabilité et d’égoïsme » de quitter sa famille, la peur de perdre certains amis, de quitter Grenoble, la ville où nous avons grandi.

N°6 - L'excitation 

Mais l’excitation de partir à l’autre bout du monde, de vivre un rêve reprend le dessus, tout simplement parce que c’est une réelle chance. Et nous sommes fiers de l’avoir saisi. Deux semaines avant le grand départ la nostalgie est remplacée par une grande émotion, on a hâte de prendre l’avion pour arriver à Auckland, capitale économique de la Nouvelle-Zélande.

L'étape N°7 Le départ : le projet devient une réalité

Il est temps pour nous de partir à l'autre bout du monde. Honnêtement, c'est stressant. De dire au revoir à nos proches a été le plus difficile pour nous. Mais nous voilà partis pour 26 heures de vol à l'autre de bout du monde avec un petit arrêt de quelques heures à Dubaī. Enfin, quand nous sommes arrivés à Auckland, un petit couple de français est venu nous chercher (et oui la communauté française est importante en Nouvelle-Zélande), nous avons goûté notre premier burger néozélandais (un truc bien gras quoi...). Après avoir englouti notre repas, nous voilà en direction de notre auberge jeunesse, un grand merci à ce petit couple, car ils ont été notre premier repère.
À bientôt pour un nouveau billet dans carnet de route !

 

SUIVEZ-NOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.