parallax background

Carnet de route N°2 : l’amitié du voyageur

1 mars 2018
Morepork : le camping hippie
15 février 2018
Contraste des couleurs
Rotorua et ses douces odeurs
15 mars 2018
 

À mi-chemin de la fin de notre aventure, je souhaitais écrire un article sur les rencontres que l’on peut faire en voyage. Car cela fait parti entièrement de notre road-trip en Nouvelle-Zélande. À notre arrivée, nous avons fait un road-trip d’un mois dans le Northland, avant de rechercher un boulot vers Tauranga. Nous avions rencontré quelques personnes sur des free camps, mais ce n’ était que des rencontres transverses puisque nous empruntions chemins différents. Mais arrivés à Katikati, cela fut une bouffé d’oxygène de rencontrer de nouvelles personnes. Une amitié en voyage peut être beaucoup plus forte que dans la vie courante. Et je vais vous expliquer en quoi. Simplement parce qu’en peu de temps, vous faites ce qui vous prend parfois des années en France. Et cela renforce d’autant plus les liens. Alors il est possible de vivre la même chose en France. Mais cela demande des efforts que nous ferons à notre retour. La routine bloque notre esprit et nous fait croire que nous n'avons pas le temps de faire deux heures de route pour voir des amis le week-end alors que c’est complètement faux. Il suffit de le prendre. Avec nos amis de Nouvelle-Zélande, nous avons pu voyager, travailler, se retrouver sans argent. Nager dans la mer, des sources d’eaux chaudes et voir la neige en moins d’une semaine. Nous avons pu monter à cheval avec notre ami cavalier, faire la fête dans la capitale ( Wellington on t’aime… ! ) . Tirer au fusil, au sniper, faire du quad, bref des dizaines d’activités que tu ne te permets pas de faire dans ta vie « normale ».

 
 

Des personnes dans le même monde que toi !

Une chose d’autant plus importante, tu rencontres des personnes sur la même longueur d’onde. Nous n’avons pas forcement la même vie, mais nous recherchons la même chose : le partage, la découverte, être simple et éveillé. Et, au fur et à mesure des rencontres, peu importe les origines, les raisons qui poussent à partir loin de chez soi pendant un an sont les mêmes : le besoin de vivre. Alors, je m’entends avec cette expression, le voyage ne se fait pas sens stress. Mais ce n’est pas le même que dans la vie citadine. Pour voyager, tu as évidemment besoin d’argent, plus ou moins selon tes besoins. Mais tu es nomade et donc libre de changer de direction. Tu n’es pas attaché. Le voyage est un état d’esprit et j’espère que nous le conserverons à notre retour. On se sent plus éveillé et ouvert au monde. Et surtout aux nouvelles rencontres.

Des amours de Kiwis

Et les néo-zélandais sont globalement adorables. Nous avons rencontré un couple de fermiers retraités grâce à nos amis hongrois : simplement extraordinaire. En deux jours, nous avions l’impression de les connaître depuis des mois ! Nous avons été directement accueillies dans leur famille. Et aujourd’hui notre niveau d’anglais permets d’avoir des discussions plus profondes : sur la vie, l’histoire, la politique. Et on se rend compte que finalement, ce que l’on pouvait reprocher à la France est de même pour les kiwis en Nouvelle-Zélande. Bref tout cela pour dire que grâce à ce voyage, je pense qu’on peut se sentir bien de partout. Une personne nous avait dit : « Ce n’est pas tant l’endroit qui fait ton bonheur, mais les gens qui s’y trouvent qui font l’endroit incroyable » , et c’est vrai.

 
 

Envie de voyager ? Fonce !

Honnêtement, je pousserai tout le monde à partir comme nous l’avons fait, car cela fait grandir et prendre de la hauteur sur le monde. Nous avons l’envie de découvrir pleins de pays, peut être pas sur une aussi longue période. Car notre famille, nos amis de Grenoble, nous manque ! Et on espère partager encore plus de moments avec eux à notre retour. On imagine même une petit road-trip dans notre hexagone car en parcourant la Nouvelle-Zélande, on se rend compte que l’on a tant de chose à découvrir dans notre propre pays. En lisant cet article, vous devez vous dire que tout est contradictoire mais pas vraiment. Partir en voyage permet de répondre aux questions que l’on se posait dans notre vie en France. Par exemple, nous étions un peu aigris, par rapport à la politique, l’écologie. Alors je n’ai pas changé d’avis sur tout ce que je pense la dessus. Mais je vais d’abord essayer de changer les choses à son échelle et construire ma vie. On verra quelle trace positive, on pourra laisser au monde par la suite. Notamment, sur l’écologie, les positions politiques dans le monde tournent autour de l’économie. Les solutions doivent aussi venir des populations avec une prise de conscience en changeant/améliorant leur mode de consommation, en étant créatif, engagé et innovant.

SUIVEZ-NOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.