parallax background

WWoofing en Nouvelle-Zélande ? C’est quoi en faite ?

14 septembre 2018
Libre de choisir sa musique ?
11 juin 2018
 

Si tu as déjà fait un PVT ou voyagé, tu as déjà dû entendre ce mot : « le WWOOFING ». Mais qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ? Et où tu peux en faire ? Ça tombe bien, tu es sur un bon endroit, nous allons t’expliquer tout ça.

Le WWoofing en Nouvelle-Zélande : c’est quoi en faite ?

Le mot WWoofing vient de l’association WWOOF qui a pour objectif depuis 1971 de mettre en relation des personnes avec des fermes biologiques et des agriculteurs biologiques. L’objectif est de faire découvrir un métier, un savoir-faire. En échange de ton temps (4-6h par jour en Nouvelle-Zélande), tu seras nourris, logé(e). Le WWoofing est une très bonne manière de découvrir les habitants d’un pays et de pratiquer la langue.

Le mot WWoofing vient de l’association WWOOF qui a pour objectif depuis 1971 de mettre en relation des personnes avec des fermes biologiques et des agriculteurs biologiques. L’objectif est de faire découvrir un métier, un savoir-faire. En échange de ton temps (4-6h par jour en Nouvelle-Zélande), tu seras nourris, logé(e). Le WWoofing est une très bonne manière de découvrir les habitants d’un pays et de pratiquer la langue. Il existe aussi le HelpX qui est le même principe, tu donnes de ton temps en échange d’un gîte et le couvert. Le HelpX ne se limite pas seulement aux fermes/agriculteurs biologiques, mais aussi aux hôtels, auberges de jeunesse, fermes/agriculteurs non-bio où même des hôtes privés pour faire des travaux de rénovation ou du jardinage. Pour le HelpX, tu ne donneras pas plus de 4 h de ton temps.


Nous soulignons l’importance de ne pas donner « trop » de ton temps, car ce type d’organisation n’a pas pour but de faire du travail déguisé. Cela doit être vraiment un échange. C’est idéal si tu recherches à découvrir un pays, sa culture et ses habitants. Si tu ressens le besoin de retrouver « un pied-à-terre » durant ton voyage. La majorité des familles de kiwis t’accueilleront comme si tu étais un membre de la famille et te partageras leur quotidien. (sortie familiale, activité, cuisine etc…) Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps d’en faire énormément, car nous avions aussi besoin d’argent pour continuer à voyager, mais voici nos expériences en WWoofing en Nouvelle-Zélande.

 

Waikawa beach : ZAFAR Staples (écurie)

Nous avons pu rester plus d’un mois et demis dans les écuries ZAFAR. On a eu la chance de découvrir le monde du cheval grâce à un ami que nous avions rencontré à Morpork House à Tauranga. Théo est cavalier. Oui, ça existe encore. On ne connaissait absolument pas cette discipline avant de le connaître. Il est spécialisé dans les courses d’endurances. C'est des courses qui durent sur plusieurs jours en parcourant des centaines de kilomètres. Nous avons dû l’assister pour la partie « farm job ». Donc on s’occupait de ranger du bois, nourrir les chevaux. Jonathan a pu travailler en tant que graphiste. Puisque les écuries avaient besoin d’un nouveau logo et d’une vidéo. Cet endroit était magnifique. Nous avons même eu la chance de pouvoir faire du cheval sur la plage. Et on a très vite compris que ce n’était pas de chevaux destinés à des débutants comme nous ! Nous avons eu un plaisir de connaître ce couple de néo-zélandais.

Maramhau farm

On a eu l’occasion ensuite de rejoindre nos amis hongrois à leur WWOFFING. Leurs tâches quotidiennes étaient d’aider la famille à construire, améliorer l’extérieur de la maison. La famille était des anciens fermiers. En arrivant là-bas, je peux vous dire que l’on a été accueilli comme des rois. Nous les avons tout de suite beaucoup aimé. D’ailleurs, notre soirée s'est transformée en plusieurs jours au sein de leur famille. Et on a eu le total. Nous avons pu prendre un quad pour rendre visite aux moutons. Apprendre à tiré au fusil et au sniper. Taper des balles de golf et goûter l’authentique pavlova (dessert néo-zélandais même si on n’est pas sûr de l’origine de la recette) et boire du très bon vin français et néo-zélandais. Nous sommes vraiment tombés sous le charme de la famille. Et nous avons pu en quelques jours, débloquer notre Anglais. Car ses personnes nous ont mis directement en confiance et on a pu parler d’histoire, de politique, comparer nos pays, échanger sur notre manière de voir le monde. Cette famille ne nous a strictement rien demandés en retour. Mais par plaisir, je leur ai appris à faire un gratin dauphinois. C’était très drôle puisqu’avant de commencer à cuisiner, je leur ai expliqué la recette et leurs réactions étaient de me dire que c’était qu’un gratin de pommes de terre. Ils ont tout de suite changé d’avis après avoir mangé notre repas. Ils avaient aussi besoin de photos de leur ferme. Jonathan leur a tourné une vidéo en drone dans la journée. Ils étaient très émus de ses petits gestes comme nous l’avons été par leur générosité. Le WWOFING est l’occasion de vivre une expérience au près des locaux. On te la conseille surtout si ton projet est d’améliorer ton anglais. Mais n’oublie jamais que cela doit être sur la base du partage.

SUIVEZ-NOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.